Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Lieux visités’ Category

Journée sous la neige aujourd’hui à St-Pétersbourg ! En fait, on a été vraiment surpris de la température ce matin à notre réveil parce qu’il faisait assez chaud dans les derniers jours.

Paysage sous la tempête

Étant de vrais Québécois, on ne s’est pas laissé impressionnés par la tempête. On a décidé de se rendre à pied à la forteresse Pierre-et-Paul, située à environ 30 minutes de notre auberge de l’autre côté de la rive de la Neva. Il s’agit d’un attrait touristique incontournable. Nous n’avions toutefois pas évaluer qu’il serait périlleux de traverser un pont sous la neige, que des employés déneigeaient à coup de pelles.

Simon devant le petit pont menant à la forteresse

Rendus à destination, nous avons pu visiter la cathédrale St-Pierre-et-St-Paul. C’est à cet endroit que Nicolas II, le dernier des tsars, est inhumé avec le reste de sa famille. Nous avons aussi visité la prison installée sur le site.

Marie près de la Cathédrale

On profite maintenant du décor féérique pour se détendre tranquillement avec un café…

Read Full Post »

Aujourd’hui, on est restés dans la visite classique, c’est-à-dire : les musées et les lieux de culte. On avait comme itinéraire de départ de se diriger vers la Cathédrale du Sauveur-sur-le-sang (aussi appelée Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé). Ça nous a évidemment fait penser à la communauté de soeurs du Précieux-Sang à Saint-Hyacinthe et à la ville de Précieux-Sang près de Trois-Rivières.

Comme on a une imagination fertile et pour rester dans la tradition de faire référence à des films, tout ceci a évoqué chez Simon le film Nosferatu (1922) de Murnau et sa référence dans un des épisodes d’Halloween des Simpson, où le personnage d’Hutter se coupe en mangeant et où le vampire lui dit de faire attention à son « précieux sang ». C’est étonnant comment le sang fait partie des symboles chrétiens sans qu’on sache trop pourquoi.

Pour s’y rendre, on décide de passer par la rue Nevsky Prospekt, une rue passante recommandée par notre petit guide. Sur le chemin, un gros édifice de style grec ou romain nous surprend. On s’y approche pour voir si ce ne serait pas la Cathédrale du Sauveur-sur-le-sang; il s’agit en fait de la Cathédrale de Kazan, toujours en activité, dont l’architecture serait inspirée de St-Pierre-de-Rome. L’intérieur est sombre, semblable à la Cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou mais en plus modeste.

Cathédrale de Kazan

Cathédrale du Sauveur-sur-le-sang

On sort de la première cathédrale en se dirigeant vers notre objectif principal, soit le Sauveur-sur-le-sang. On voit la Cathédrale de loin, à partir de la Nevsky Prospekt. L’extérieur est inspiré de la Cathédrale St-Basile de Moscou.

Rue Nevsky Prospekt

La cathédrale a été construite à l’endroit où un tsar a été assassiné au XIXe (d’où l’expression du Sang-Versé). En tant que telle, elle a très peu servi de lieu de culte, parce qu’elle a été achevée en 1907, puis les Soviétiques l’ont saccagé en 1917 pour l’utiliser pour tout sauf comme lieu de culte, jusqu’à la fin de sa longue restauration, de 1970 à 1997.

Intérieur de la Cathédrale du Sauveur-sur-le-Sang-Versé

Musée russe

En sortant, on croise l’entrée du Musée russe, entrée qui ne s’avérera finalement pas être l’entrée principale. Il y a une exposition temporaire sur Diaghilev, directeur des ballets russes mais aussi commissaire d’expositions. Marie a été très heureuse de trouver des informations intéressantes sur un artiste russe du début du XXe siècle, Pavel Kuznetsov. Comme Lentoulov, dont elle avait trouvé des informations à la galerie Tretiakov II, il est très lié à ses recherches parce qu’on lui avait offert d’aller travailler à la même usine que Stépanova et Popova. Marie aura finalement acheté deux livres pertinents à la boutique du musée pour ajouter à ses références.

Notre visite a été très complémentaire à celle de l’Ermitage, où les artistes russes brillaient par leur absence.

Entrée principale du Musée russe

En sortant, on jette un dernier regard sur la Cathédrale du Sauveur-sur-le-sang, sachant qu’on pourra en voir la maquette pour toujours quelque part dans notre appartement.

Pour terminer notre journée en beauté, on est allé faire un tour au restaurant Buffet soviétique, près de notre hôtel. Le logo arbore le visage de Lénine. Simon a enfin pu goûter à la vodka russe, accompagnée d’un verre de « limonade soviétique », de couleur verte fluo.

Enseigne du Buffet soviétique

Simon, limonade soviétique et vodka

P.S. Oui, Simon est vraiment obsédé par la Cathédrale sur le Sang-Versé, mais c’est quand même Marie qui a acheté une petite maquette en carton, pour qu’on puisse se construire nous-mêmes notre propre Cathédrale… …

P.S. 2 Après de nombreuses tentatives infructueuses, Simon est incapable de sourire de manière naturelle sur une photo.

Photogrammes de Nosferatu tirés de l’adresse suivante: http://www.cineclubdecaen.com/realisat/murnau/nosferatu.htm

Read Full Post »

Aujourd’hui, on avait un seul lieu en tête à visiter : l’Ermitage. Ça tombe bien, c’est à environ une vingtaine de minutes à pied de notre logement, ce qui nous a permis de visiter la ville un peu.

Pour trouver notre chemin (encore!), on a passé près d’un grand bâtiment qu’on croyait être peut-être cet Ermitage. C’était en fait l’Amirauté de Saint-Pétersbourg.

L'Amirauté de Saint-Pétersbourg (avec la façade en reconstruction)

Après hésitation, on demande notre chemin à un soldat de l’autre côté de la grille de l’entrée, qui a bien vu qu’on avait l’air intrigué par le bâtiment. D’apparence froide, il est très souriant et enthousiaste de nous expliquer le chemin vers l’Ermitage, en anglais. On a l’impression que les gens sont assez sympathiques avec nous notamment parce qu’on les aborde d’abord en russe, ce qui n’est peut-être pas une habitude des touristes.

Rendus à destination, on constate que l’Ermitage est vert, alors que Marie s’attendait à ce qu’il soit jaune.

Façade de l'Ermitage

L’Ermitage, c’est en fait un musée établit dans un château, comme le Louvre à Paris. Il couvre une longue période de l’histoire de l’art, des tombeaux égyptiens jusqu’au XXe siècle. Ce sont surtout les peintres assez classiques européens qui y sont exposés: Picasso est parmi les plus récents de l’avant-garde. On avait donc quelques artistes qu’on voulait aller voir: Cézanne, Monet, Matisse, Courbet, Rubens, Toulouse-Lautrec, etc.

Les prix affichés sont quand même élevés: 400 R pour l’entrée standard, sans prix étudiant. Aux guichets, on précise tout de même qu’on est étudiants, au cas où, pour finalement apprendre que, pour nous, c’est gratuit!

Une bonne partie de la salle à l’entrée est en restauration, remplie d’échafaudages construits à partir de planches de bois roses (?!).

Échafaudages roses

Aussi, on a été étonné de voir qu’il n’y avait pas beaucoup de gens dans les salles d’exposition. On a été dans la salle du chef-d’œuvre de Matisse, La danse (1909), et on y est restés seuls à peu près tout le long. Peu de gens étaient aussi dans les deux pièces entièrement consacrées à Gauguin, et celle de Degas avait les lumières éteintes.

Espace vide devant La danse de Matisse

Le sentiment que nous avons souvent en explorant un musée, c’est plusieurs impressions de déjà-vu. C’est comme voir quelque chose de très familier, une image connue, mais la voir de la manière la plus complète possible, avec des détails qu’on avait jamais vu avant et qu’on aurait jamais pu voir autrement. Par exemple, on vu une des cinq versions des Jeunes filles au piano de Renoir, une toile dont les parents de Simon ont une version « brodée » qui est depuis toujours affichée chez eux. Certaines images, notamment celles des impressionnistes, ont eu tellement de produits dérivés (tasses, tapis de souris, etc.) qu’on a une image d’elles avant de pouvoir en voir toutes les subtilités.

À un moment donné lors de notre parcours, Simon a un flash: c’est à l’Ermitage qu’a été tourné le film L’Arche russe (2002) du cinéaste russe Sokourov. Le film raconte l’histoire d’un personnage qui visite à travers le temps (et le musée) plusieurs personnages clefs de l’histoire de la Russie. Il a la particularité technique de n’être composé que d’un seul plan: autrement dit, durant les 96 minutes que dure le film, il n’y a aucune coupure. Les longs corridors du musée nous ont rappelé l’atmosphère du film.

Bon, nos cerveaux ne fonctionnent plus. On poursuivra avec un autre billet demain.

Read Full Post »

Curiosités

Notre dernière journée à Moscou était extrêmement froide, mais ça ne nous a pas empêchés de la passer en se promenant à l’extérieur et de profiter de cette ville élégante. Nous avons notamment arpenté la rue Arbat, rue piétonnière remplie de restaurants et de boutiques de souvenirs.

Rue Arbat en fin de journée

On s’est arrêtés, intrigués par un autobus qui semblait être aussi un restaurant. Un peu comme le Muséobus est un autobus qui semble être aussi un musée.

Restaurant installé dans un autobus

On est entrés, curieux, et on s’y est sentis un peu à l’étroit. Marie a voulu s’arrêter parce qu’elle a vu qu’ils servaient de la soupe borsh, mais Simon était plus réticent, comme les deux plats principaux, le veau ou le mulet, ne l’inspiraient pas. Finalement, on a choisit chacun un des deux pour pouvoir y goûter. On avait très peu d’espace pour s’asseoir et une entrevue avec un chansonnier était projetée à l’avant de l’autobus sur un écran. Ils ont finalement enlevé l’écran et un vrai chansonnier a pris la place pour changer agréablement l’ambiance.

Au final, on a été très étonnés et l’expérience nous a fait pensé au film La graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche. Dans ce film, un ex-employé de chantier naval décide d’ouvrir un restaurant sur un bateau et de faire participer toute sa famille, par exemple en présentant des spectacles de baladi. C’est le même genre de concept ici, et en plus on pouvait savourer le mulet, un type de poisson que nous ne connaissions pas. L’expérience s’est avérée inusitée mais bien agréable !

* * *

En soirée, nous avons décidé d’aller faire une dernière promenade sur la Place rouge que nous affectionnons beaucoup. Sur le chemin, nous avons encore une fois fait une étonnante rencontre : deux petits singes et un aigle amusaient la foule près du Kremlin. C’était vraiment très rigolo, mais on espère qu’ils n’ont pas eu froid car nous éions nous-mêmes frigorifiés.

Venez lire nos aventures demain, on vous racontera notre étonnant périple entre Moscou et St-Petersbourg !

Read Full Post »

On arrive déjà dans nos derniers jours à Moscou. On a quand même eu le temps de se familiariser avec certains lieux, certaines expressions écrites et un certain rythme de vie. Le matin, tout ouvre aux environs de 10h. Ce qui n’empêche pas la plupart des lieux d’attractions de fermer vers 17h ou 18h. On essaie donc de tout faire entrer dans cette plage horaire.

Mausolée de Lénine

Notre objectif de ce matin était d’aller voir le mausolée de Lénine, sur la Place rouge, en face de la patinoire installée temporairement et des centres d’achat. On voulait y aller mercredi au départ, mais ça semblait compliqué de faire la file pour y aller. On a même vu des travailleurs installer une grande clôture qui semble la nouvelle manière d’accéder au site funèbre.

Mausolée de Lénine

Le corps de Lénine a été préservé par Staline comme relique, contre sa volonté. Des scientifiques ont découvert un moyen de préserver son corps le mieux possible, secret qui a été révélé à la chute du communisme seulement. C’est assez spécial de voir ce corps, même si on est assez loin pour le confondre avec un mannequin. L’endroit est très bien gardé et on doit faire le tour du corps très rapidement.

Musée Maïakovski

Ensuite, on est allé faire le tour du musée Maïakovski. Marie cherchait l’endroit depuis un bon moment, qui lui avait été recommandé par une de ses collègues, Renée-Claude, et qui n’apparaissait pas dans notre guide. Finalement, il est très près de chez nous, juste en face de l’édifice de l’ancien-KGB (ou l’ancien édifice du KGB, selon que vous soyez un adepte de la théorie du complot ou non).

Le musée Maïakovski est intéressant parce qu’il tente de présenter les objets de manière originale. Déjà l’entrée du musée exprime qu’on veut nous montrer les choses sous un angle différent.

Marie devant le musée Maïakovski

Sans dessus-dessous

L’intérieur est construit principalement de structures de métal peinturées de couleurs pures. On y retrouve des objets ayant appartenus au poète russe, des journaux, des revues où il publia, des affiches qui exposent certaines idées proches des siennes, etc. Le lieu est construit comme une affiche révolutionnaire, comme un montage à partir d’éléments disparates. Lignes obliques, mentions écrites, le parcours qu’on y suit est comme celui de l’œil en face des affiches : sur quatre étages, on entre au rez-de-chaussée, on monte au premier pour ensuite se diriger vers le quatrième puis descendre un étage à la fois, avec quelques escaliers qui nous font remonter un peu; sortes de parenthèses dans la linéarité du parcours tout de même déstabilisant.

Passerelle dans le musée Maïakovski

Trois rencontres ont marqué ce parcours.

En entrant, une dame nous dirige dans le chemin alors que nous allions le faire à l’envers. Plus loin, on la croise à nouveau et elle nous raconte en français quelques passages de la vie de Maïakovski.

La pièce où on la rencontre est construite autour d’une structure métallique en forme d’avion, qui présente la revue L.E.F., revue particulière car elle regroupe plusieurs artistes/théoriciens de l’époque, notamment Rodchenko, Eisenstein (probablement le cinéaste soviétique le plus connu) et… Stepanova. On a failli passer à côté, mais Marie a vu la photo de son artiste, avec des modèles de tissus publiés dans la revue, ainsi qu’une œuvre textile suspendue dans les airs, un uniforme de sport. Encore une fois, c’est le hasard qui nous a mené à cette trouvaille.

Varvara Stepanova "portant" son vêtement de sport

La troisième rencontre est celle d’une jeune femme d’environ notre âge qui remarque que nous parlons français avec la dame. Elle semble très enthousiaste en venant nous parler. On la prend pour une Française, mais finalement, elle nous indique qu’elle vient de Sibérie et qu’elle étudie la langue française à St-Pétersbourg. Très sympathique, elle nous invite à l’appeler lorsqu’on sera là-bas pour aller au théâtre un soir (oubliez les bars, c’est LA place branchée en Russie!).

Il y a une petite librairie devant le musée où on a pu acheter quelques affiches constructivistes de propagande, parfois celles qu’on a vu dans l’exposition. On a acheté entre autres choses une affiche du film d’Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine, qui sera fièrement affiché dans notre appartement.

Le Cuirassé Potemkine

Le Kremlin

On a terminé l’après-midi au Kremlin pour aller y visiter les cathédrales orthodoxes. C’est étonnant de voir qu’il y a tant de cathédrales si près les unes des autres. Elles ne sont pas aussi grandes que la Cathédrale du Christ-Sauveur que nous visitions hier, mais les murs sont littéralement tapissés d’icônes et de représentations sacrées, ce qui rend tout le travail d’une minutie impressionnante.

Cathédrale de la Dormition

On se demandait d’ailleurs quelle était la différence entre une cathédrale et une église. Dans la cathédrale St-Basile, que nous avons visitée la première journée, il y avait des subdivisions, chacune appelée une église. Les cathédrales sont toutes petites, et, contrairement aux églises telles que nous les connaissons, n’ont pas de bancs pour s’asseoir. Chaque église (pour la cathédrale St-Basile) ou chaque section est assez petite et semble consacrée à un élément précis. Moins évident qu’à Christ-Sauveur, plusieurs personnes semblaient être là pour des raisons de croyances, faisant le signe de croix devant le site des dépouilles de personnages importants.

Ce périple entre les murs rouges aura été très religieux. Très étonnant que près d’un siècle de gouvernance théoriquement athée ne semble pas avoir amenuisé les croyances du peuple.

On voulait aller à la bibliothèque de Lénine mais elle est fermée le dimanche et sera fermée demain, la Journée internationale de la femme étant un jour férié en Russie.

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »